Partenaires et intervenants

Partenaires et intervenants du réseau de sport et de loisirs

PARTENAIRES DU RÉSEAU

La responsabilité de créer des occasions pour que les activités sportives et récréatives se poursuivent incombe à de nombreux partenaires : gouvernements, écoles et universités, organismes sans but lucratif, secteur privé et particuliers. Ces groupes ont des intérêts communs pour la prestation de programmes au sein du réseau et assument des responsabilités en la matière. Il est vrai que le réseau est un système complexe constitué de tous ces partenaires, mais chaque constituant y joue un rôle important. L’annexe 2 résume les rôles que jouent les principaux partenaires.

INTERVENANTS DU RÉSEAU

Les organismes et les domaines stratégiques qui s’intéressent aux enjeux du bien-être sont également des intervenants au sein du réseau de sport et de loisirs. Les entités qui souhaitent utiliser le réseau pour atteindre d’autres objectifs mais qui ne sont pas les gardiens du réseau peuvent être considérées comme des intervenants. Ces domaines utilisent le réseau de sport et de loisirs à diverses fins, notamment pour la promotion de la santé, la prévention de la criminalité, l’inclusion sociale, le transport public et le commerce privé.

Pour en savoir plus sur la recherche fondée sur des données probantes relative aux nombreux bienfaits du sport et des loisirs, consultez le site Web du National Benefits Hub [en anglais seulement]http://benefitshub.ca

Ce cadre pour bâtir des relations propage l'idée que le bien-être a de nombreuses formes et reconnaït que le système de loisirs et de sport est un outil d’une grande et puissante flexibilité pour faire progresser le bien-être à tous les niveaux.

Les intervenants du bien-être seront invités à établir d’étroites relations professionnelles avec leurs homologues au sein du réseau de sport et de loisirs qui peuvent les aider à mettre à profit ce réseau. Conformément au Cadre stratégique pour le loisir au Canada, ces relations sont des voies menant au bien-être.

Pour commencer à mettre en pratique le message du Cadre stratégique, les intervenants (y compris les ministères) doivent élaborer un prisme sur le sport et les loisirs, qui deviendra un élément permanent de leur trousse à outils pour promouvoir leurs objectifs respectifs. Un tel prisme permettra d’orienter leurs efforts visant à mettre en œuvre leurs voies individuelles vers le bien-être. Il pourrait contenir certains principes, des questions clés et des exemples qui permettraient aux gestionnaires de comprendre comment utiliser le réseau de sport et de loisirs de manière créative en vue d’améliorer leurs plans. Le prisme pourrait également comprendre une liste d’organismes avec lesquels l’intervenant pourrait commencer à bâtir des relations.

Le cadre pour bâtir des relations

~Stratégie du mieux-être du Nouveau-Brunswick 2014-2021

« La Stratégie du mieux-être du Nouveau-Brunswick [...] peut servir de catalyseur pour faire avancer le dialogue et faire croître les actions qui amélioreront la qualité de vie de chacun. »

L’objectif du Cadre stratégique

L’objectif du Cadre stratégique est l’établissement de relations, en particulier par l’entremise de partenariats. Toutefois, étant donné que chaque voie vers le bien-être est différente, il n’est pas possible de créer une attribution permanente des rôles. Il faudra procéder au cas par cas.

Les points qui suivent constituent une liste de tâches clés qui devront être accomplies pour établir ces voies et qui devront être au préalable abordées et définies aux premières étapes d’une relation. La personne responsable de ces tâches est indéterminée :

POLITIQUE : Il faudra élaborer une politique pour orienter le développement et l’utilisation du réseau de sport et de loisirs.

RÔLE D’AMBASSADEUR ET DE SENSIBILISATION : Des porte-parole devront envoyer des messages sur le sport et les loisirs aux intervenants et à l’ensemble de la collectivité :

 

  • information du public sur ce qu’on entend par bien-être;

  • moyens de promouvoir la santé générale par l’entremise du réseau de sport et de loisirs (p. ex. alimentation saine, sécurité);

  • possibilités relatives à l’établissement de voies et avantages qu’elles procurent;

  • nécessité de donner une voix plus forte au sport et aux loisirs sur la scèzne politique.

 

RECHERCHE : : Il faudra développer la recherche dans des domaines très divers, du travail sur le savoir-faire physique à l’élaboration de mesures d’évaluation fiables.

LEADERSHIP MULTISECTORIEL : Un leadership sectoriel de haut niveau est requis en vue de la mise en place d’une démarche stratégique et intentionnelle pour le type de voies proposées ici, ce qui nécessitera probablement la mise sur pied d’une instance dirigeante multisectorielle.

 

COMPÉTENCES POUR ASSURER LA PRESTATION DES PROGRAMMES :Les organismes des secteurs privé et public comptent beaucoup sur le réseau de sport et de loisirs pour leur fournir des animateurs, des entraîneurs, des officiels, des instructeurs, des sauveteurs, des patrouilleurs de ski, etc., dûment qualifiés. Le réseau de sport et de loisirs assure la formation et la certification de personnes qui œuvrent ensuite dans d’autres domaines et à diverses fins. Le développement de ce leadership doit être soutenu de manière équitable.

 

ACCÈS À L’INFRASTRUCTURE : Chaque collectivité a besoin d’un système de cartographie des biens communautaires qui recense l’infrastructure disponible pour le sport et les loisirs et qui appuie les voies menant au bien-être.

RESSOURCES :Des ressources sont nécessaires pour assurer la qualité des programmes.

 

PROMOTION : Le sport et les loisirs devront être mis en valeur et présentés différemment pour favoriser une compréhension plus générale des capacités du réseau et des différentes façons de l’utiliser pour promouvoir le bien-être et la qualité de vie.

Bien que le cadre stratégique porte sur le réseau de sport et de loisirs du secteur public, il ne faudrait pas négliger le secteur privé. Celui-ci emploie des spécialistes du sport et des loisirs et offre de nombreuses possibilités dans ces domaines. On constate de plus en plus que les partenariats innovants entre le public et le privé soutiennent les efforts de renouvellement, l’innovation en matière de produits et de services, l’accès coopératif aux installations et la commandite.

  • Organismes sans but lucratif

  • Municipalités

  • Premières Nations

  • Commissions de services régionaux

  • Gouvernement provincial

  • Gouvernement fédéral

  • Établissements d’enseignement et éducateurs

Les partenaires disposent d’une certaine autonomie pour prendre des décisions et agir en conséquence, mais la nature interdépendante du réseau nécessite néanmoins une compréhension claire des divers rôles de chacun afin de réduire les chevauchements et d’optimiser l’utilisation des ressources publiques.

Rôle des partenaires du réseau

Droits d'auteur 2021 © Province du Nouveau-Brunswick